Le 1er mai, Journée internationale des travailleuses et travailleurs

Aujourd'hui, 1er mai, des gens de partout célèbrent les réalisations du mouvement ouvrier, qui vont de la législation pour protéger les travailleuses et travailleurs aux réformes sociales un peu partout dans le monde, en passant par l'amélioration des conventions collectives dans nos communautés, où nous travaillons, nous vivons.

Comment un syndicat a-t-il aidé les professeurs qui enseignent à temps partiel à l'Université d'Ottawa ? Il existe trois éléments principaux : avantages matérielles, sécurité d'emploi et justice.

Côté matériel, deux exemples : les salaires pour les professeurs de l'APTPUO sont significativement plus élevés que ceux offerts par l'Université Carleton, deux groupes sous juridiction ontarienne, principalement parce que les professeurs qui enseignent à temps partiel à l'Université d'Ottawa se sont syndiqués ans avant ceux de l'Université Carleton. Les conditions de travail se sont améliorées par un meilleur accès à des espaces de bureau et à de l'équipement, négocié par l'APTPUO (même si les choses ne sont pas encore parfaites!).

En ce qui concerne la sécurité d'emploi, votre syndicat, l'APTPUO, a résisté à de nombreuses tentatives de l'employeur d'abolir des postes protégés par l'APTPUO, y compris lorsque nous avons dû convenir de clauses orphelins pour éviter que certains membres perdent leur emploi.

Dans le domaine de la justice, nous avons obtenu une rémunération supplémentaire pour travail supplémentaire : paiements supplémentaires pour les grandes classes ; pour nos professeurs qui ont à préparer et à corriger des examens différés; etc..

Mais l'élément le plus important de la justice est le système de règlement des griefs, qui aide à protéger les employés contre les décisions arbitraires de l'employeur. Grâce à la convention collective négociée par notre syndicat, il existe une procédure légale pour contester une décision de l'employeur, avec l'aide du syndicat à votre disposition.

Un grand nombre de griefs qui ont été lancés, notamment dans les cas où un membre ne reçoit pas de contrat et où les membres sont placé en catégorie « A » plutôt que « B » pour un cours, et ont été résolues en faveur de nos professeurs. Ce ne sont pas seulement des victoires symboliques; dans de nombreux cas, nos professeurs ont reçu des compensations importantes de plusieurs milliers de dollars.

En cette période d'incertitude économique et de restructuration de l'Université, un syndicat solide est essentiel pour lutter contre les coupures et protéger vos intérêts. Mais c'est encore plus urgent à l'Université d'Ottawa, qui a un long historique de relations de travail ardues.

Pour aider à renforcer votre syndicat, veuillez faire de la participation aux activités de l'APTPUO une priorité, et contribuer, autant que le temps et l'énergie vous le permettent, à fournir une aide constructive à la cause.